Le préfet de Paris et de la région Ile-de-France s’est rendu jeudi 3 décembre 2020 à la Bellevilloise. Le lieu culturel iconique des hauteurs de Belleville a utilisé à plein les mesures de soutien aux acteurs économiques, notamment l’activité partielle.

« C’est formidable ! », s’est exclamé à plusieurs reprises le préfet Marc Guillaume, en visite, jeudi 3 décembre 2020, à la Bellevilloise, lieu de vie emblématique de la vie sociale et culturelle parisienne. Cet espace protéiforme, s’étendant sur plusieurs niveaux, qui projette d’ouvrir un roof-top au printemps prochain, est géré par la société Oriza, appartenant au groupe Cultplace. Une société de l’économie sociale et solidaire qui employait quelque 200 personnes avant la pandémie, et qui a pu en conserver 120 aujourd’hui.

« Nous nous battrons, quoi qu’il nous en coûte, pour être là pour la réouverture », faisaient valoir Fabrice Martinez, directeur de la Bellevilloise, et Renaud Barillet, président de Cultplace, groupe original qui exploite différents lieux polyvalents associant bars, salles de spectacles et d’événementiels, à Paris et dans différentes villes de France.

Si le préfet de Paris, préfet de région a choisi ce lieu, c’est parce qu’il a bénéficié des différentes mesures de soutien à l’emploi mises en place par l’Etat depuis le début de la crise sanitaire.

Aide à l’embauche des travailleurs handicapés

La Bellevilloise est ainsi parvenue à maintenir en emploi ses salariés pendant la crise sanitaire grâce à l’activité partielle. Ses employés ont également pu bénéficier de formations grâce au fonds national de l’emploi (FNE) – rebond. L’établissement a notamment embauché une personne en situation de handicap, en alternance, avec le soutien de Cap emploi.

L’aide à l’embauche de travailleurs handicapés s’adresse aux entreprises et aux associations qui recrutent, entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, un travailleur en situation de handicap, souligne la préfecture. Elle n’est soumise à aucune condition d’âge. Le montant de l’aide s’élève à 4 000 euros.

L’aide exceptionnelle à l’alternance s’adresse aux entreprises et associations qui recrutent, entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, un apprenti sans limite d’âge, pour préparer un diplôme dont le niveau peut aller du CAP au master 2. Le montant de l’aide valable également pour l’embauche d’un jeune travailleur handicapé s’élève à 5 000 euros pour une personne de moins de 18 ans et à 8[insec]000 euros pour une personne majeure. « Ces aides permettent de financer quasiment intégralement le salaire des alternants durant la première année de leur contrat », souligne le préfet.

Le plan « 1 jeune 1 solution », lancé le 23 juillet 2020, mobilise quant à lui plusieurs leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, apprentissage, etc. « L’objectif est de ne laisser personne sur le bord de la route », a souligné le préfet. Par exemple, plus de 57 000 jeunes franciliens se sont engagés dans un parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA) auprès des missions locales, 12 000 jeunes bénéficient de la garantie jeune et 16 000 suivent un parcours d’accompagnement intensif des jeunes (AIJ) auprès de Pôle emploi.

Notification ouverte Aller en haut
Notification de clôture

Contact Info

+32 64 23 76 50
hello@wpscouts.net
121 4th Avenue, 2020 New York, N.Y.

Dernières actualités

Autres actualités