Créé par BpiFrance sur le modèle du volontariat international en entreprise et mis en œuvre en 2019 pour attirer des bacs + 2 à bacs + 5 vers des PME/ETI situées dans des zones trop peu attractives, le volontariat territorial en entreprise (VTE) ne visait pas a priori l’Ile-de-France. Pourtant, parmi les 675 contrats signés en 2020, 95 l’ont été dans ce territoire. « C’est logique au regard du poids économique de la région. Mais y voir des VTE a aussi un sens, car le but du dispositif est de faire venir des diplômés, en particulier des bacs + 5, vers ces PME/ETI, d’autant que ce sont elles qui créent de l’emploi », analyse Alexandre Rigal.

Communication ciblée

« Cet objectif est atteint à travers une communication ciblée vers les écoles de commerce ou d’ingénieurs, alors que ces profils pensent plus spontanément aux grands groupes », ajoute le directeur du développement de Bpifrance Excellence. « Et même si la dimension territoriale est moins prégnante qu’en province, elle n’est pas inexistante. Beaucoup d’entreprises franciliennes se sont installées dans des quartiers prioritaires de la ville pour bénéficier d’aides mais elles ont besoin de se rendre attractive. »

Une analyse que confirme Olivier Crus, dirigeant de Reprotechnique. Cette imprimerie numérique, dont le siège est à Colombes (Hauts-de-Seine), a saisi l’opportunité offerte par le VTE pour recruter en CDD un diplômé de la Paris school of business : « Il est plus compliqué de faire venir des bacs + 5 quand on est banlieue qu’à Paris intra-muros. »

VTE vert

Le VTE ne bénéficie d’aucune aide financière de l’Etat, à l’exception des entreprises situés dans des territoires d’industrie (4 000 euros) et, depuis quelques mois, de celles engagées dans une démarche de transition écologique. Ce sont les VTE verts, qui bénéficient d’une aide de 8 000 euros à la première embauche. « Mais nous ne sommes pas dans une logique d’emploi aidé. Avant la crise sanitaire, ces PME allaient bien et même depuis, elles ont toujours du mal à embaucher. L’idée est plutôt de proposer une communication les mettant en contact avec les écoles de l’enseignement supérieur », indique Alexandre Rigal.

Edouard de Rugy, dirigeant de Reanova, société spécialisée dans la rénovation énergétique des immeubles en co-propriété, le reconnait : « Notre VTE vert, présente depuis novembre 2020 en CDI et qui est destinée à devenir cheffe de projet, est diplômée de la Skema, une école de commerce de Lille. Elle ne serait pas venue chez nous s’il n’y avait pas eu le VTE. »

La fonction jouée par le VTE est en principe celui de bras droit du dirigeant. « L’idée était de m’assister dans mes tâches quotidiennes. C’est un poste valorisant qui lui a permis d’être confronté à des problématiques complètement différentes de celles d’un grand groupe », souligne Olivier Crus. Et pour Alexandre Rigal, la crise du Covid a encore rendu plus pertinent le VTE : « Dans cette situation particulière, les entreprises doivent s’engager dans un certain nombre de transitions technologiques. Si les process ne sont pas digitalisés, si vous n’êtes pas engagé dans une transition écologique, ce sera plus difficile. Avec son regard neuf, le VTE vous change de l’intérieur », résume le directeur du développement de Bpifrance Excellence.

Notification ouverte Aller en haut
Notification de clôture

Contact Info

+32 64 23 76 50
hello@wpscouts.net
121 4th Avenue, 2020 New York, N.Y.

Dernières actualités

Autres actualités